• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
le lien de tous ceux qui pagaient en eau salée

Eléments pour l'Esquimautage

Envoyer Imprimer PDF

Une compilation d'informations pour apprendre, comprendre ou améliorer, par Alexandre Gerussi.

Original sur le site de Alexandre Gerussi. [GL]

 

 

 

1. Introduction

Savoir esquimauter est une compétence fondamentale lorsque l'on pratique le kayak.

Chez les débutants ou les pratiquants en apprentissage, l'esquimautage permet souvent d'accélérer la progression car il rend le kayakiste plus confiant et l'incite à prendre plus d'initiative, puisque la sanction en cas de dessalage n'est plus (forcément) un bain souvent froid, pénible et suivi de l'inévitable séance de vidange.

Pour la pratique en rivière sportive ou en mer, l'esquimautage est une technique très importante de sécurité, autant pour le dessalé lui-même que pour son entourage qui n'a plus besoin de courir les risques inhérents à tout sauvetage ou à toute récupération de matériel.

Ce document expose quelques techniques d'esquimautage parmi les plus classiques. On accède aujourd'hui relativement facilement à de la documentation concernant ces techniques sur la toile, mais elle est souvent en anglais, plus ou moins complète et éparpillée. Ce qui est proposé ici est une compilation de divers documents, traduits pour l'occasion en français et ponctués de quelques ajouts, en un bloc cohérent et immédiatement utile à tous ceux qui désirent apprendre ou perfectionner leur(s) technique(s) d'esquimautage. On trouvera en fin d'article les références aux documents originaux, souvent eux-mêmes repris d'autres références: signalons notamment que certaines images, réutilisées ici, proviennent de l'ouvrage de Paul Dukty, The Bombproof Roll and Beyond. En prime, le document est enrichi de quelques vidéos qui permettent de saisir également les aspects temporels des mouvements.

Enfin, pour permettre une lecture plus facile des différentes ressources de la toile (notamment les articles originaux), un petit dictionnaire français/anglais spécial esquimautage est fourni.

2. Présentation générale

Il existe une quantité impressionnante de techniques d'esquimautage présentant chacune des avantages et des inconvénients selon les circonstances dans lesquelles on est amené à les utiliser. D'ailleurs, l'expression courante d'esquimautage à l'épreuve des bombes (bombproof roll) ne désigne pas une technique théorique particulière mais plutôt la capacité chez un pratiquant à réussir son esquimautage du premier coup, toujours, quelles que soient les circonstances.

L'esquimauteur expérimenté utilise toute une variété de techniques et de mouvements pour rétablir le bateau. La position et les sensations sur sa pagaie, ainsi que sa connaissance des conditions dans lesquelles il a chaviré lui indiquent ce qu'il doit faire pour se remettre à l'endroit.

Il est amusant d'expérimenter pour découvrir ce qu'il est possible de faire. Finalement, ce n'est pas la pureté technique qui importe mais le fait que cela fonctionne dans les situations difficiles. Les débutants doivent se rendre compte qu'il y a un monde de différences entre un esquimautage central réalisé en piscine et une manoeuvre complexe effectuée du côté faible dans de l'eau glacée et brassée lorsque l'on est fatigué et anxieux. Seul l'entraînement en situation réelle peut rendre l'esquimautage meilleur et plus efficace. Par ailleurs, pour qu'il devienne réellement automatique, l'esquimautage doit être pratiqué très régulièrement; ceci est particulièrement vrai pour les pagayeurs expérimentés qui ne sont virtuellement jamais amenés à l'utiliser en situation réelle.

Toutes les techniques combinent une forme ou une autre d'appui sur l'eau à l'aide de la pagaie ou de la main à une manoeuvre appelée "rotation des hanches" dont l'objectif est de rétablir le bateau. En général, on amène son corps vers la surface par une torsion utilisant la taille, les genoux et les hanches puis on utilise sa pagaie pour empêcher le corps de replonger pendant la rotation des hanches. La qualité de l'appui est dépendante des circonstances: eau émulsionnée, courant, hauteur d'eau, orientation de la pagaie, etc. La qualité de la rotation des hanches est quant à elle pratiquement indépendante des éléments extérieurs, d'où l'idée générale disant que plus l'esquimautage est basé sur la rotation des hanches et plus il devient sûr.

Cela étant dit, l'esquimautage se décompose en général en quatre phases plus ou moins combinées suivant le type d'esquimautage, la vitesse d'exécution et l'aisance du pagayeur.

        1. La préparation: le bateau est à l'envers (ou en train de se renverser), le kayakiste analyse la situation, choisit une stratégie d'esquimautage et va se mettre dans la position de départ correspondante. La plupart des échecs "cuisants" (le kayakiste ne sort même pas la tête de l'eau) sont liés à une imperfection dans la position de départ, soit par erreur soit par l'impossibilité à l'atteindre (courant trop fort, corps plaqué dans une mauvaise direction, etc);

        2. Le début du mouvement et/ou le placement de la pagaie;

        3. La rotation des hanches, en continuant ou non le mouvement de pagaie: à la fin de cette étape, le kayak est en général quasiment à l'endroit tandis que la tête du kayakiste est encore sous l'eau;

        4. La sortie de l'eau, pendant laquelle le kayakiste se redresse et stabilise définitivement le bateau. C'est une phase où la rechute est possible, mais en général pas trop embêtante dans la mesure où on a eu le temps de reprendre de l'air avant de recommencer la manoeuvre ou de placer un appui salvateur. L'idée principale pour limiter les rechutes est de remonter avec la tête la plus proche possible de l'axe longitudinal du kayak, c'est-à-dire penché vers l'arrière pour un mouvement se finissant sur l'arrière et penché vers l'avant pour les mouvements de pagaie se finissant sur l'avant. C'est théoriquement la force de flottaison du bateau qui procure 90% de l'énergie nécessaire au redressement; le reste est apporté par l'appui.

Enfin, il est important d'être à l'aise des deux côtés: c'est très pratique pour exploiter au maximum les circonstances présentes au moment du dessalage (côté de dessalage, position de la pagaie, sens du courant, etc). On observera notamment qu'il est bien plus facile de sortir côté aval, car le corps, sous l'eau, est naturellement poussé vers la surface côté aval et d'autre part l'eau procure un meilleur appui sur la pagaie. Si l'on sort côté amont et que l'on passe un peu trop de temps sur la tranche, la pression de l'eau fait replonger le bateau, surtout si le bateau a une vitesse négative par rapport à l'eau.

3. La rotation des hanches

L'action prépondérante dans le rétablissement d'un kayak chaviré est la "rotation des hanches". Cette technique est fondamentale et permet à elle seule, une fois maîtrisée convenablement, d'esquimauter grâce à la pointe d'un kayak venu au secours (ou tout autre appui) ou avec les mains seules.

Présentation et entraînement au mouvement

Il est préférable d'apprendre le mouvement avec l'aide d'un assistant avant d'essayer d'utiliser une pagaie pour esquimauter: vous finiriez probablement à la nage, bateau à toujours à l'envers. Si vous n'avez pas la chance de disposer d'une piscine (et de son bord) pour vous entraîner, il vous faudra le faire en rivière (ou en lac) en utilisant la pointe avant du kayak de votre partenaire, comme démontré ci-dessous.

  snapprac1a
Afin de standardiser ces instructions, nous supposons que vous êtes droitier et que votre "bon côté" pour esquimauter est celui utilisé dans les illustrations (i.e., vous sortez par la droite).

Placez les deux mains sur la pointe avant du kayak de votre partenaire et renversez le kayak autant que votre corps vous le permet. Votre tête devrait à présent être appuyée sur vos mains et votre oreille gauche très proche de votre épaule gauche. Votre flan gauche sera très près (s'il ne le touche pas) du bord de l'hiloire. Vous allez devoir faire travailler vos abdominaux afin de maintenir votre bateau à angle droit par rapport à celui de votre partenaire. Assurez-vous de maintenir ces muscles serrés afin de ne pas être penché sur l'arrière et de ne pas stresser votre épaule droite.

 

 

 

snapprac1b La rotation des hanches s'effectue en un mouvement rapide et puissant. Votre genou droit vient appuyer fermement vers le haut du kayak tandis que votre fesse gauche appuie sur le siège. Les muscles de votre tronc effectuent ce mouvement. Les genoux (et plus généralement les jambes) jouent un rôle central dans le mouvement étant donné que ce sont ces parties du corps qui controlent la gîte du bateau. Etant retourné, on peut visualiser mentalement ses genoux: le genoux droit (du corps) est à gauche (du bateau retourné) et inversement. La rotation des hanches va consister, autant que possible sans bouger le haut du corps, à rétablir la position normale (genou droit à droite...) en un mouvement circulaire de la taille et des jambes.

Laissez votre tête posée sur vos mains pendant que vous remettez le kayak à l'endroit, jusqu'à ce que le kayak en rotation ne vous force à la décoller. L'instinct naturel est de hisser la tête hors de l'eau afin de respirer, mais vous devez aller contre cet instinct pour réussir la rotation des hanches et finalement, esquimauter.

 

snapprac1c

Cette image montre ce que l'on appelle la position de redressement. Remarquez que votre tête est passée de votre épaule gauche à votre épaule droite. Une fois le kayak à l'endroit vous ramenez votre corps au dessus du kayak.

Plus vous pratiquerez, meilleur vous deviendrez. Souvenez-vous: l'ensemble du mouvement ne devrait pas demander beaucoup d'efforts.

 

 

 

snapprac2

 

   

Ne JAMAIS soulever votre tête en essayant de hisser votre corps. En faisant cela vous appuyez beaucoup sur la pointe du kayak et vous forcez sur vos bras et votre épaule droite. Vous forcerez également avec les muscles de votre tronc pour tenter de replacer le kayak sous votre corps.

Plus vous deviendrez performant dans la rotation des hanches et moins vous exercerez de pression sur la pointe du kayak. Continuez à vous entraîner jusqu'à ce que vous puissiez le faire avec seulement quelques doigts en support. Laissez votre tête descendre plus profondément sous l'eau pour finalement n'avoir plus que la main droite en appui. Cela permet à votre corps de se placer plus loin sous le kayak qui pourra ainsi être complètement inversé. Tendez votre main gauche vers le haut tout en remontant votre corps et votre tête près de la surface et effectuez la rotation des hanches en exerçant une pression minimale sur le kayak de votre partenaire.

 

 

Le sauvetage eskimo

rescue
Une fois que vous maîtrisez la rotation des hanches, vous pouvez pratiquer le "sauvetage eskimo" avec l'assistance d'un partenaire.

Si vous dessalez, un partenaire peut venir à vous et vous pourrez saisir une de ses pointes pour vous rétablir grâce à une rotation des hanches. Une fois à l'envers, penchez-vous vers l'avant, enroulez vos bras autour du kayak et frappez sur le fond plusieurs fois afin de prévenir votre partenaire que vous requérez son aide. Ensuite, balayez lentement le long du kayak avec vos mains en effectuant des aller-retour afin de repérer l'arrivée d'une pointe salvatrice.

L'esquimautage avec les mains

Lorsque vous avez développé une bonne rotation des hanches, vous pouvez esquimauter avec vos mains uniquement. Dans l'illustration ci-dessous, la rotation des hanches est très importante car il s'agit d'impulser au bateau suffisamment d'énergie pour soulever le corps lorsqu'il coupera la surface. La main supérieure est souvent jetée par-dessus le kayak pour augmenter le couple. Comme pour les esquimautages avec pagaie, le redressement peut s'effectuer penché sur l'arrière ou sur l'avant. Si le corps est très proche du kayak et que les forces de flottaison sont pleinement utilisées, on peut achever un esquimautage en n'utilisant qu'un petit mouvement des mains.
La capacité à esquimauter avec les mains est plus qu'un simple jeu. En kayak polo, les joueurs perdent souvent leur pagaie, et même sur les rivières les plus sauvages, un esquimautage avec les mains pourra vous sauver la mise ou vous aider à récupérer une pagaie perdue.
L'entraînement à l'esquimautage avec les mains est progressif, avec de moins en moins de support de flottaison. On peut débuter avec une planche de piscine et finir avec un petit bout de polystyrène, jusqu'à ce que les mains seules suffisent.

  hand30ahand30bhand30c

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hand30dhand30ehand30f

 

 

 

 

 

 

 

 

4. Les techniques d'esquimautage à balayage

Dans les techniques à balayage, l'appui sur l'eau est obtenu par balayage de la pale active à la surface de l'eau, en formant un arc de cercle, sans mouvement vers le fond a priori. La pale évolue donc dans le plan horizontal formé grosso modo par la surface de l'eau. Ce type d'esquimautage jouit de deux caractéristiques intéressantes: d'une part le balayage procure en général un appui plus long (en termes de durée) qu'un appui classique situé dans un plan vertical, car ce dernier s'amoindrit rapidement lorsque la pale commence à s'enfoncer. D'autre part, lors du balayage, il peut y avoir également un mouvement rotatoire de la taille qui favorise le rétablissement du bateau.

4.1 Balayage de l'avant vers l'arrière

4.1.1 Mains décalées sur la pagaie: esquimautage Pawlata

L'apprentissage de l'esquimautage Pawlata est un bon choix pour débuter. Il est directement relié à l'esquimautage central, qui est probablement le plus utile des esquimautages, mais il est légèrement plus simple à réaliser car le plus grand bras de levier créé par le décalage des mains permet d'être plus approximatif lors de la rotation des hanches ou du redressement. L'objectif, cependant, est de passer à l'esquimautage central dès que celui-ci est maîtrisé.

Préparation pour un tour complet

paw14a

Le pagayeur est légèrement penché en avant et tourné du côté où il va dessaler. Un droitier va normalement dessaler à gauche et vice versa.
La main qui contrôle est celle de devant, qui est placée au milieu du manche. La main arrière tient le bout de la pale arrière, le pouce vers le bas et les doigts recourbés à l'extrémité de la pale.
La position préparatoire doit maintenant être accentuée. Il peut être utile qu'une personne maintienne le kayak afin d'éviter le dessalage, faute de quoi la position préparatoire doit se mettre en place pendant le retournement. Dans la position préparatoire finale, le pagayeur est entièrement tourné vers la pagaie au niveau de la taille et courbé autour du côté du bateau, le menton presque au milieu de la cuisse. La pagaie est toujours parallèle au bateau, mais sous l'eau. Les bras sont fermement plaqués sur le côté du kayak afin d'éviter que la pagaie ne se déplace pendant le chavirement. On devrait sentir la carre du bateau au niveau du coude arrière et du poignet avant.

 

 

 

paw14bFinalement, on dessale en maintenant cette position jusqu'à la stabilisation complète du bateau. On se retrouve alors dans la position de départ qu'il faudra rechercher lors d'un esquimautage non préparé.

 

 

 

 

 

 Le balayage et la rotation des hanches

La suite du mouvement consiste à effectuer un balayage circulaire avec la pale active à plat à la surface de l'eau, tout en procédant à la rotation des hanches. 

paw16Une erreur très fréquente consiste à tirer sur la pagaie vers le bas avec le bras avant pour obtenir un appui, au lieu de balayer la surface. Ceci arrive souvent parce que la main arrière n'est pas placée suffisamment "haut" et ne permet pas à la pale arrière de passer au dessus du bateau lors de la rotation mais reste bloquée. Le pagayeur a alors tendance à tirer dessus.

 

 

paw18La rotation des hanches lors d'un esquimautage Pawlata possède une particularité par rapport à celle apprise sur le bord de la piscine ou à la pointe d'un kayak. Pendant le déroulement de l'esquimautage, le corps doit passer d'une position regardant vers la surface à une position regardant vers le bas. Ainsi, la taille et le haut du corps tournent de la même façon que lorsque l'on exécute une circulaire. La taille et les hanches se comportent comme un joint transformant la rotation du corps en une rotation du bateau, en incorporant la rotation des hanches proprement dite. Cette caractéristique que l'on retrouve dans le central est essentielle et apporte un "plus" par rapport à un esquimautage avec appui sans rotation de la taille.

 

paw19

C'est également cette rotation du corps qui permet à la pagaie d'effectuer le large balayage à la surface de l'eau.

Une fois que l'esquimautage Pawlata est maîtrisé, on peut passer au central sans rencontrer beaucoup de difficultés. Cela étant, cet esquimautage devrait toujours être pratiqué de temps à autre car il peut s'avérer utile en temps qu'esquimautage de secours, lorsque d'autres techniques ont échoué.

 

 

paw20

 

 

 

 

 

 

4.1.2 Pagaie tenue normalement: esquimautage central

Autre dénomination: "sweep roll".

Description de la séquence 

sweep-1setupPosition de départ
Cette illustration montre la position de départ pour un esquimautage main droite. Penchez-vous vers l'avant/gauche et placer vos mains hors de l'eau, en maintenant vos avant-bras contre le côté du kayak. Enroulez votre poignet droit afin que la pale de la pagaie ait un angle légèrement ascendant au moment où elle commencera à balayer en partant de l'avant du kayak, à la surface de l'eau.

 

 

 

sweep-2sweep

Balayage
Gardez votre tête près de la surface alors qu'elle accompagne le balayage de votre corps et de votre pagaie qui s'éloigne en un arc de cercle du côté de votre bateau. Gardez votre coude gauche près du corps de manière à ce que votre pale droite reste proche de la surface de l'eau. Si vous tendez votre bras gauche, la pale s'enfoncera dans l'eau et vous perdrez le bénéfice du balayage. Il vaut mieux commencer (et même continuer) à balayer lentement et prendre le temps de bien "sentir" la position de la pale à la surface.

La rotation des hanches commence en même temps que le balayage.

 

 

 

 

sweep-3snapRotation des hanches
La rotation des hanches est commencée en même temps que le balayage et continue jusqu'à la fin de l'esquimautage. Elle est effectuée de manière progressive et moins explosive que lors de l'esquimautage en suspension. Vous serez légèrement penché vers l'arrière à la fin de l'esquimautage, tête penchée vers votre épaule droite.

 

 

 

 

 

sweep-4recoverRedressement
Dans cette phase, vous utilisez la pagaie pour faire un appui et vous redresser au-dessus du bateau retourné. En cas de difficulté, on peut penser à passer en appui en poussée avec un mouvement d'arrière en avant qui vous permettra de vous redresser tout en repliant votre corps vers l'avant.

 

 

 

 

 

Traduction (partielle) d'un article de Chris Joosse sur l'esquimautage central

[...]Nous allons commencer par présenter la position de départ, puis tour à tour le balayage, la rotation des hanches et la fin du mouvement, avant de montrer quelques erreurs fréquentes et leurs remèdes.

La position de départ: quand vous serez à l'aise avec votre esquimautage, vous commencerez à réaliser que "la position de départ" est un mythe - nous l'utilisons pour décrire un point de départ, une position à partir de laquelle vous pouvez commencer votre esquimautage, mais qui n'est pas vraiment immuable. Ce que nous allons décrire est une position plutôt que la position de départ. C'est un outil d'apprentissage de grande valeur, un ingrédient dans cette recette que vous allez utiliser pour apprendre comment esquimauter, mais comme avec la cuisine, une fois que vous êtes habitué vous n'utilisez plus la recette. En d'autres termes, bien que nous allions présenter une position comme s'il s'agissait de la position, en réalité il y a des tas d'endroits d'où vous pouvez commencer votre esquimautage.

La position d'où nous allons commencer, cependant, est standard: retourné, avec votre pagaie parallèle au kayak d'un côté ou de l'autre, vos mains à (ou au-dessus de) la surface de l'eau. Cela vous oblige à être penché vers l'avant, regardant vers la surface, et d'enrouler votre corps d'un côté du bateau de manière à ce que votre tête soit proche de la surface, côté pagaie. La pale qui est à l'avant dans cette position sera votre pale "active", tandis que l'autre sera "inactive". Vos poignets devraient être tournés afin que la pale active soit plus ou moins à plat à la surface de l'eau. [...]

Le balayage: tout d'abord, on commence le balayage en dégageant la pale inactive, c'est-à-dire en la sortant de l'eau suffisamment pour qu'elle puisse passer au-dessus de votre kayak chaviré (parfois cela aide de penser à placer l'articulation du pouce de la main inactive sous le bateau. En même temps, on effectue un balayage circulaire à la surface avec la pale active. Il n'est pas nécessaire qu'elle ait un angle "ascendant", bien qu'il soit très important qu'elle reste à la surface. Une autre idée à saisir ici est que l'objectif est de chercher le plus loin possible latéralement - plus on cherche loin, plus on a de levier pour rétablir le bateau. Pour cela, il faut que le bras actif soit plutôt tendu tandis que la main inactive devrait être quelque part vers le milieu du tronc, en gardant la pagaie proche du corps et à plat par rapport à l'eau. Souvenez-vous: la pagaie est une extension de vos bras, mais vos bras doivent se comporter comme une extension de votre torse.
La première partie du balayage sert à dégager votre corps de dessous le kayak, afin que vous puissiez effectuer la rotation des hanches. Vous êtes toujours sous l'eau, cherchant loin avec la pagaie.

Alors que le balayage progresse, il est important de remarquer que votre position par rapport à la surface change - vous commencez en-dessous et vous finirez au-dessus - afin que votre pale conserve toujours le même angle pendant que vous faites votre rotation des hanches, il est important de tourner votre poignet vers l'arrière, comme si vous mettiez les gaz sur une moto, afin d'empêcher que la pale ne devienne trop verticale et ne s'enfonce. Souvenez-vous: la pagaie va agir comme une aile et vous n'avez besoin que d'un tout petit peu d'appui - le contrôle de l'angle de cette aile par rapport à la surface est un des facteurs clef du succès de votre esquimautage.

Un autre concept important concerne l'action de vos bras: le balayage les force à bouger un peu, mais ils n'exercent aucune force - tout ce que font vos bras, c'est placer la pagaie et contrôler son angle - le vrai travail s'effectue plus bas, près de vos hanches.

La rotation des hanches: c'est le mouvement crucial de l'esquimautage. [...] Il commence rapidement après le début du balayage - en le commençant trop tôt, on ne bénéfice que d'un levier médiocre - alors que cela aide d'avoir un bon levier car cela revient à avoir une sensation de "solidité" sur la pagaie.

Ce que nous recherchons avec la rotation des hanches, c'est utiliser le bateau comme grue pour nous soulever hors de l'eau. Nous avons commencé dans une position enroulée, près de la surface de l'eau, et alors que le balayage commence et que nous ressentons la traction de notre pale active, nous pouvons utiliser l'énergie de cette traction pour utiliser le bateau et nous soulever hors de l'eau. On peut décrire la rotation des hanches précisément en disant que cela consiste à jeter la hanche qui est proche au dessus de la surface, ou à ramener la hanche qui est éloignée sous l'autre, ou en balançant le genou proche au dessus de l'eau, ou en tournant le bateau de manière à quitter l'eau avec la hanche proche en premier... finalement tout cela revient à la même chose - vous utilisez l'énergie de la pagaie pour retourner le bateau.

Il est vital de comprendre que votre tête doit sortir de l'eau en dernier - puisque c'est la partie la plus éloignée du centre de gravité, elle peut potentiellement exercer un grand bras de levier. Cela aide donc de la garder dans l'eau, où la poussée d'Archimède compense en grande partie cette force. [...]Parce que sortir sa tête de l'eau trop tôt est peut-être le moyen le plus sûr et le plus fréquent pour annihiler votre esquimautage, je recommande souvent aux élèves de s'imaginer en train de pousser contre l'eau avec la tête. Bien sûr, on ne gagne que très peu d'appui de cette façon, mais pour ce qui est d'éviter de sortir la tête trop tôt, c'est une technique très efficace.

Une autre technique qui semble aider les élèves est de regarder continuellement la pale active. Notez bien que la première partie de votre tête qui devra sortir de l'eau sera probablement la joue côté bateau. Rappelez-vous que vous finirez en regardant vers l'eau, vers votre pale active. Cela semble difficile à première vue, mais il en résultera un esquimautage fluide et sans effort.[...]

Le final: Maintenant que notre centre de gravité est plus ou moins au-dessus du centre de flottaison du kayak, il ne reste plus qu'à terminer le mouvement - c'est-à-dire amener le reste du corps au-dessus du bateau et se relever. Si nous effectuons une bonne transition d'avec la fin de la rotation des hanches (et nous devrions, puisque cela implique moins d'efforts et une diminution du rôle de la pagaie) nous bénéficions d'un élan assez conséquent. L'objectif est de "dérouler" la colonne vertébrale très progressivement: chaque fois que nous réussissons à "dérouler" un gramme de notre masse au dessus du bateau, nous aurons moins besoin de la pagaie pour finir le mouvement car le bateau travaille pour nous.

Si nous n'arrivons pas à nous dérouler complètement, nous sommes dans une situation qui requiert un appui avec la pagaie. En pratique, on continue le balayage vers l'arrière ou bien on l'inverse, et c'est ce support momentané qui permet le repositionnement du corps au dessus du bateau. [...]

Vous devriez finir assis droit dans le bateau, le regard tourné vers l'endroit dans l'eau que vous venez de quitter. Votre bras actif devrait être tendu vers l'appui que vous venez de terminer, tandis que votre main inactive devrait être assez basse et proche de votre torse. [...]

Erreurs fréquentes: si tout le monde arrivait à faire cela à chaque fois, cet article n'aurait de raison d'être. Heureusement, la plupart des problèmes avec ce type d'esquimautage tombe dans une des catégories suivantes:

Sortie prématurée de la tête
Il est naturel de se diriger la tête la première: c'est grâce à elle que nous voyons, entendons, sentons et respirons... c'est pourquoi la tendance à sortir la tête en premier peut s'avérer être un défaut coriace, tout spécialement dans le cas présent où nous voulons avant tout respirer. C'est probablement la raison numéro un des esquimautages manqués. Mon principal remède est de penser à appuyer sur l'eau avec la tête pendant la rotation des hanches, mais nous verrons d'autres solutions à ce problème plus bas.
[...]
Tirer sur la pagaie
Ceci arrive souvent lorsque les pagayeurs essaient de placer leur rotation des hanches sans chercher loin latéralement avec le balayage. Souvent ils vont balayer pendant dix centimètres pour alors placer un coup de pagaie parallèlement au kayak, d'en dessous de l'eau, alors que ce qu'ils voudraient est balayer et travailler perpendiculairement au bateau, car après tout on esquimaute en renversant son bateau, pas en s'arrachant de l'eau par la force. C'est le rétablissement du bateau qui nous tire hors de l'eau. [...]Le remède contre les tentatives de "musculation de l'esquimautage" consiste simplement à bien dégager la main inactive, procéder à un balayage avec une grande allonge latérale, attendre que la pale active soit loin du bateau avant de commencer la rotation des hanches et suivre la pale des yeux.
Le poignet bloqué
Répétons-le: lorsque vous effectuez la rotation des hanches, l'orientation du corps par rapport à la surface évolue. Vous avez commencé renversé et regardant vers le haut et vous essayez de finir regardant la surface vers le bas. Puisque vous ne voulez pas que la position de votre pagaie par rapport à la surface ne change (elle doit rester plus ou moins à plat, sinon elle ne peut fournir aucun appui), vous devez dérouler votre poignet progressivement lorsque vous traversez la surface avec le corps, sinon la position va changer. Si vous balayez en laissant votre poignet enroulé et bloqué, l'angle de la pale va grimper, rendant le balayage plus difficile, jusqu'à ce que la pale ne puisse plus procurer un appui et ne s'enfonce sous l'eau.
Le remède est de maintenir la pale à plat - vous n'avez même pas besoin de lui donner un angle ascendant - simplement la maintenir à plat et le balayage fournira de lui-même toute l'énergie dont vous avez besoin, en déroulant progressivement votre poignet. En fait, si vous finissez avec le poignet entièrement tourné vers le haut, vous êtes en excellente position pour inverser le balayage au cas où vous auriez besoin d'un appui supplémentaire pour vous rétablir entièrement.
Etre pris de panique
De toutes les raisons qui peuvent faire échouer un esquimautage, celle-ci est à la fois la plus insidieuse et la plus difficile à corriger, car ici il ne s'agit pas d'un défaut technique mais de quelque chose qui dépend de votre état mental. Esquimauter lorsque l'on n'est pas sûr de son esquimautage est une entreprise très stressante - vous avez une quantité d'air limitée, vous êtes aveugle, vous ne pouvez vraiment entendre, d'après ce que nous savons il y a de gros rochers qui jaillissent sur nous alors que nous approchons de la lèvre d'une chute de la mort... nous rajoutons une certaine dose de peur et de la pression à la situation. [...] Une solution pour s'empêcher de paniquer est de retrouver ses esprits, et comprendre ses priorités: la première et seule chose qui devrait nous inquiéter est de retourner le bateau. Une fois cela fait, ALORS nous pourrons nous soucier du reste. Prenez le temps de réfléchir et de parler des choses qui vous inquiètent. Une fois qu'elles sont identifiées, vous pouvez concevoir un plan pour ce genre de situations, ne serait-ce que de vous ressaisir, d'essayer à nouveau ou de changer de côté.

 

Re!

Voici une autre séquence illustrant l'esquimautage central. Comme pour l'esquimautage Pawlata, il est important de bien dégager la pale arrière afin qu'elle puisse passer au-dessus du bateau: en cas de blocage (dessin 1), beaucoup de personnes se mettent à tirer sur la pagaie et dénaturent ainsi le mouvement. Le piège est que même avec ce faux mouvement, l'esquimautage peut continuer à fonctionner, incitant alors à de mauvaises habitudes. Il n'est pas rare de retrouver quelques temps plus tard ces mêmes personnes avec un mouvement très violent (ils tirent très fort sur la pagaie) et une réussite aléatoire. Vous leur rendrez service en leur rappelant que le mouvement central est un balayage à plat à la surface, qui ne nécessite à priori que très peu de traction sur la pagaie.

screw24ascrew24bscrew24c

 

 

 

 

 

 

screw24dscrew24escrew24f

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.2 Balayage de l'arrière vers l'avant

4.2.1 Mains décalées sur la pagaie: esquimautage Steyr  

steyr1steyr2steyr3steyr4

 

 

 

 

 

 

 

L'esquimautage Steyr est l'inverse du Pawlata. La pagaie balaye la surface d'arrière en avant et afin de permettre cela, la position de départ est atteinte différemment. Partant de la position préparatoire Pawlata (avant dessalage), on soulève la pagaie à la verticale; lorsqu'elle continue sa rotation après la verticale, la pale doit être orientée vers l'extérieur à l'aide du poignet, jusqu'à atteindre la position ci-dessus. Pour dessaler, on appuie vers le bas avec la pagaie et le corps suit le mouvement, arqué vers l'arrière et le côté. Comme dans l'esquimautage Pawlata, la taille et les hanches transforment la rotation du corps en rotation du bateau, mais cette fois, la rotation du corps s'effectue dans le sens inverse de celle du bateau car la pagaie effectue un balayage inverse. L'esquimautage Steyr est utilisé comme préliminaire à l'esquimautage rodéo, de la même façon que le Pawlata prépare le central.

4.2.2 Avec la pale tenue normalement: esquimautage rodéo

Autres dénominations: "central arrière", "back-deck roll", "reverse sweep roll". Note: certaines personnes semblent faire une différence entre le "back-deck roll" et le "reverse sweep roll", mais je n'ai pu comprendre précisément où elle se situe.

 

rsweep27
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Traduction (partielle) d'un article de Chris Joosse sur l'esquimautage rodéo

L'esquimautage rodéo a donné lieu à de chaudes discussions dans le monde de l'eau vive. Est-il sûr ? recommandable ? n'endommage-t-il pas les épaules ? le visage ne risque-t-il pas un bon ravalement de façade ? Les détracteurs sont relativement nombreux pour un certain nombre de raisons, mais ne laissez personne dire que ce type d'esquimautage n'est pas efficace ou rapide, car c'est justement l'un des plus rapides qui soit. De plus, les circonstances peuvent être telles que l'esquimautage rodéo soit le seul esquimautage possible si l'on veut utiliser la pagaie. Ainsi, ce style d'esquimautage peut valablement compléter la boîte à astuces de n'importe quel pagayeur.

Dans cet article nous allons présenter une méthode permettant d'apprendre et d'utiliser l'esquimautage rodéo, et nous discuterons également des dangers inhérents à une mauvaise exécution, ou à une utilisation inappropriée. Mais avant d'en venir à cela, commençons par dire ce que l'esquimautage rodéo n'est pas:

  • Ce n'est pas le seul moyen d'esquimauter, ni forcément le meilleur. Il devrait être considéré comme étant un moyen d'esquimauter, notamment si vous êtes retourné et penché sur le pont arrière. Il n'y a aucune raison de ne pas l'utiliser correctement, mais il ne dispense pas de connaître l'esquimautage central ou en suspension.
  • Il n'est pas intrinsèquement plus dangereux que d'autres types d'esquimautages -- votre torse peut être exposé momentanément à des impacts avec les rochers, mais il faut nuancer ce risque car l'esquimautage rodéo peut être exécuté très rapidement. D'un autre côté, s'il est exécuté incorrectement, son utilisation peut avoir des résultats indésirables.
Comment l'exécuter

Nous supposons que vous savez faire un esquimautage central ou en suspension. Les ingrédients sont pratiquement identiques: vous allez prendre position, effectuer un balayage avec la pagaie, une rotation des hanches et un redressement avec votre tête sortant en dernier, comme pour les esquimautages que vous connaissez déjà. La mauvaise nouvelle, c'est que les sensations lors d'un esquimautage rodéo sont complètement différentes du central ou de la suspension.

L'esquimautage rodéo est un esquimautage à balayage, mais avec la pale active allant de l'arrière vers l'avant. La position de départ est différente car au lieu de regarder la surface, le pagayeur regarde plus ou moins le fond.

Mise en place

Commençons retourné, penché sur le pont arrière du bateau, regardant le fond. C'est une position où l'on est vulnérable -- d'après la loi de Murphy, un rocher viendrait d'abord rebondir sur votre plexus solaire puis sur votre visage. Conscient de cela, la première chose à faire est de vous protéger, en tournant votre torse d'un côté ou de l'autre, et ce choix détermine quelle pale vous allez utiliser. Nous supposerons ici que vous tournez à gauche, ce qui signifie que c'est votre pale droite qui sera la pale active.

Pendant cette phase, il est vital de garder vos mains devant vous -- pas sur le côté, pas au-dessus de votre tête, pas derrière vous ou au dessus de vos épaules: si vous voulez placer votre pale ainsi, tournez votre torse en conséquence. Gardez vos coudes repliés et bas en évitant de les placer au-dessus de vos épaules.

Ok, maintenant que nous avons tourné notre torse (et la tête), parlons de la pagaie. La pale active (dans notre main droite) devra avoir migré quelque part à côté de (ou sous) la pointe arrière, et comme nous avons tourné sur notre gauche et que nous regardons la surface autant que possible, votre main devrait être grosso modo devant votre visage. Votre coude droit devrait être maintenant fermement en travers du torse (vers l'épaule gauche), et le seul détail dont vous devez vous soucier est de sortir la pale inactive hors de l'eau. On utilisera la face interne de la pale active, c'est-à-dire celle que l'on utilise pour se propulser habituellement. Le poignet droit sera plutôt tordu dans cette position, mais il faut passer par là pour garder les coudes devant et en-dessous des épaules. A défaut, le risque de se déboîter l'épaule augmente fortement.

Donc, en résumé, la phase préparatoire consiste simplement en une rotation du torse, un dégagement de la pale inactive hors de l'eau et un placement de la pale active hors de l'eau, du côté où vous allez sortir. Oui, ça va être rapide.

Le balayage

Le balayage commence maintenant et c'est là que vous allez apprécier l'effort effectué par les muscles de votre dos lorsque vous faites une circulaire classique; en effet, cette fois ce sont quasiment entièrement les abdominaux qui vont effectuer la circulaire inverse. Beaucoup de personnes trichent et utilisent leurs muscles dorsaux et leurs épaules pour exécuter le mouvement, mais dans l'esquimautage rodéo, les bras servent essentiellement à tenir la pagaie, et non pas à effectuer le balayage en lui-même. Répétons-le: ce mouvement est laissé aux abdominaux.

Utilisez la pale avec un angle très légèrement ascendant pour balayer d'arrière en avant en vous replaçant vers l'avant dans le cockpit (souvenez-vous: vous avez commencé la manoeuvre penché sur le pont arrière). Lorsque le balayage vous aura dégagé le corps de dessous le bateau, effectuez la rotation des hanches en cherchant à amener le bateau sous vous. Votre balayage devrait se terminer penché sur l'avant. Si vous n'êtes pas entièrement rétabli lorsque vous arrivez sur l'avant, il vous suffit d'inverser le balayage pour terminer comme en central.

Durant toute la manoeuvre, vous n'avez jamais besoin de regarder vers le haut, et contrairement à un esquimautage central ou en suspension qui se terminerait sur l'avant, vous ne tournez à aucun moment ni la tête ni le haut du corps -- considérez que le balayage s'effectue en regardant constamment plus ou moins vers le bas.

Considérations sécuritaires

Lors de la phase finale, beaucoup d'entre vous seront tentés d'étendre le bras et le coude loin du bateau pour obtenir un meilleur levier. Après tout, c'est le principe des appuis, n'est-ce pas ? Pour faire court: "oui, mais ce n'est pas ainsi que vos épaules fonctionnent". Gardez vos coudes devant le torse et en-dessous des épaules tout le long de la manoeuvre. Vous ne recherchez pas à utiliser la puissance de votre buste ou de vos bras -- ils ne devraient servir qu'à tenir la pagaie fermement. Si vous essayez de faire jouer vos bras, avec vos coudes hors de la zone "magique" située devant votre torse, vous pouvez vous blesser.

Au début de la manoeuvre, il est également tentant d'étendre vos bras au-dessus de votre tête et de placer vos coudes en mauvaise position, car après tout, cela consoliderait vos poignets et vous donnerait une meilleure saisie de la pagaie, non ? Eh bien, effectivement, cela fonctionnerait, mais cela mettrait également votre épaule dans une position où elle n'est pas structurellement stable. Gardez à l'esprit que cet esquimautage doit également être utilisable dans un rouleau et si vous stressez de trop votre épaule lorsqu'elle est dans cette position, avec votre coude grosso modo derrière la tête, vous courez un très grand risque de blessure.

Quand vous vous renversez en regardant vers le bas, la première chose à faire est de tourner votre tête et votre torse pour regarder du côté où vous allez sortir. Aussi rapidement que possible, placez votre main, coude et manche de pagaie en travers de votre torse pour vous protéger le visage d'éventuels rochers. Il vaut mieux prendre les coups avec ces parties là qu'avec votre nez ou vos dents.

Résumé

J'ai passé beaucoup de temps à parler des dangers inhérents à une mauvaise exécution du mouvement mais il n'est pas intrinsèquement dangereux. Au contraire, l'esquimautage rodéo est à la fois efficace et sûr (ai-je dis qu'il était rapide ? ;-) lorsqu'il est fait correctement. Entraînez-vous ! Soyez prudent et faites vous plaisir.

5. Les techniques d'esquimautage avec appui

Dans ce style d'esquimautage, l'appui est produit par un mouvement vertical de la pale, plus précisément un mouvement situé dans le plan vertical et perpendiculaire à l'axe du kayak (le plan médiateur des pointes), de façon similaire aux traditionnels appuis en poussée ou en suspension. A titre informatif, il existe aussi des esquimautages utilisant un mouvement de pale situé dans le plan vertical et parallèle à l'axe du bateau.

5.1 Mains décalées sur la pagaie: esquimautage latéral

Autres dénominations: "en guitare", "put accross roll".

L'esquimautage latéral est un esquimautage assez répandu en France et encore assez souvent enseigné aux débutants. On peut le critiquer de multiples manières:

    - il est lent à mettre en place (à nuancer)

    - il nécessite beaucoup de place

    - on ressort avec la pagaie dans une position qui ne permet pas de recommencer immédiatement à pagayer ou de placer un appui en cas de besoin

    - il n'est pas utilisable dans les rouleaux (à nuancer)

Quoi qu'il en soit, il faut lui accorder une vertu première: si on parvient à placer la pagaie correctement alors on est quasiment certain de remonter, car le bras de levier énorme qui est utilisé permet de compenser à peu près toutes les imperfections de mouvement et les conditions difficiles.

La position de départ 

queen21Contrairement à beaucoup d'autres types d'esquimautage, la position de départ n'est pas forcément facile à atteindre. Le plus court chemin pour y accéder lorsque l'on apprend est la manoeuvre dite du "salut de la reine". Pour un droitier: pagaie en verticale en l'air, pale gauche dans la main gauche, main droite au milieu ou vers l'extrémité gauche du manche. On dessale alors à droite en maintenant cette position jusqu'à ce que la pale supérieure se pose à plat sur l'eau. Pendant le retournement, on se débrouille pour laisser la pale droite à la surface. On se retrouve finalement à l'envers, avec le bras droit plus ou moins en travers du visage, l'autre bras tenant toujours la pale au niveau du ventre.

 

 

 

 

 

 

 La rotation des hanches et la fin du mouvement

lateral

 
 
 
 
 
Comment atteindre la position de départ en situation réelle ?
Jusqu'à présent, la position a été atteinte par dessalage à partir de la position du salut de la reine. Dans la pratique, les choses ne se passent pas ainsi. Nous allons donner deux techniques pour atteindre la position de départ, étant entendu que la liste est très loin d'être exhaustive, chacun développant ses propres réflexes au fil du temps.
    -Vous naviguez et sentez que le dessalage est proche, disons côté droit pour fixer les idées. Si votre pale droite n'est pas ou peu enfoncée dans l'eau, il suffit d'accepter le dessalage tout en décalant vos mains sur la pagaie: la position de départ est alors atteinte directement au cours du dessalage comme à l'entraînement. Sitôt retourné et stabilisé, ajustez la position de la pagaie si le besoin s'en fait sentir, puis esquimautez. L'ensemble du demi-esquimautage est fluide, sans temps mort et s'effectue rapidement.
    -La deuxième technique s'applique lorsque vous êtes déjà retourné, la pagaie encore en position normale. Commencez par vous placer dans la position de départ de l'esquimautage central, c'est-à-dire, pour sortir à droite: penchez-vous sur l'avant, enroulez votre corps vers la gauche du kayak, pagaie parallèle au bateau, à gauche, pale droite en avant. Décalez alors vos mains sur la pagaie: vous êtes dans la position de départ de l'esquimautage Pawlata. Effectuez alors une rotation de la pagaie, pale droite à la surface ou complètement hors de l'eau, jusqu'à ce qu'elle soit perpendiculaire au bateau: vous êtes alors dans la position de départ du latéral.
La deuxième technique montre aussi comment l'on peut combiner la logique de l'esquimautage Pawlata et celle du latéral: on commence comme en Pawlata (y compris la rotation des hanches et du buste) puis on termine le mouvement comme en latéral lorsque la pagaie devient perpendiculaire au bateau, plutôt que de poursuivre la rotation vers l'arrière. 
 
5.2 Pagaie tenue normalement: esquimautage en suspension
Autres dénominations: "c-to-c" (prononcez "si tou si"), "brace roll". Cet esquimautage est efficace et facile à mettre en place une fois maîtrisée la rotation des hanches, car le mouvement est complètement similaire à l'esquimautage avec les mains sur le bord de la piscine ou sur la pointe d'un kayak. L'ensemble de la mise en place consiste à placer sa pagaie en position d'appui en suspension: le corps est alors perpendiculaire au bateau et courbé en forme de "C" ouvert vers la surface. On applique alors la rotation des hanches sans même tirer sur le bras: la tête ne bouge pratiquement pas et le corps se retrouve alors courbé en forme de "C" ouvert vers le fond (d'où le nom "C à C"). Pour la sortie de l'eau, on utilise l'appui ainsi que le classique mouvement d'enroulement-tête-en-dernier, éventuellement penché en arrière ou en avant.
brace-1setupPosition de départ
Ce diagramme montre la position de départ pour un esquimautage main droite. Une fois retourné, enroulez-vous sur votre gauche (les abdominaux travaillent) et placez vos mains en dehors de l'eau tout en maintenant vos avant-bras contre le kayak. Tournez le poignez droit de manière à donner à la pale un angle légèrement ascendant afin de l'inciter à rester à la surface pendant le balayage (étape suivante).
 
 
 
 
brace-2sweepBalayage
Maintenez votre pagaie près de la surface (idéalement: hors de l'eau) pendant que vous la tournez en même temps que votre corps jusqu'à ce qu'elle soit perpendiculaire au kayak. Votre bras gauche passe au dessus du kayak. Idéalement, vous avez la carre du kayak sous l'aisselle gauche. C'est la phase où tout se joue, car si cette position est atteinte correctement, la réussite est quasiment assurée. Il importe donc de prendre son temps et ses repères avant de continuer.
    
 
 
 
 
brace-3snapRotation des hanches
La rotation des hanches est effectuée dès que vous avez fini le balayage. Durant le balayage, votre corps s'est progressivement arqué et se trouve bandé comme un ressort, près à se détendre. C'est justement la rotation des hanches qui le détend: elle est très puissante et pratiquement aucune pression n'est exercée sur la pagaie. Votre tête devrait rester près de la surface (légèrement en dessous) jusqu'à ce que la force de flottaison du bateau ne vous tire hors de l'eau.
 
 
 
 
 
brace-4recoverLe redressement
C'est une simple continuation de la rotation des hanches. A priori vous êtes simplement penché sur le côté, la pagaie aidant jusqu'à la stabilisation complète. Cependant, un mouvement d'enroulement penché sur l'arrière facilite encore davantage la sortie. Vous devriez avoir la pagaie devant vous, près du corps, à hauteur d'épaule et raisonnablement horizontale.
 
 
 
 
 
 
Le début de la séquence peut faire croire à un esquimautage central, notamment le mouvement de la pagaie. Cependant, il n'y a pratiquement aucune rotation de la taille dans l'esquimautage en suspension. Les hanches redressent le bateau par un mouvement purement latéral. Beaucoup de pagayeurs esquimautent en central (avec la rotation du buste) mais une fois la pagaie perpendiculaire au bateau, ils finissent le mouvement comme l'esquimautage en suspension plutôt que de continuer le balayage vers l'arrière.
On constate une fois de plus qu'au delà des techniques "pures" décrites ici, les pagayeurs utilisent une combinaison de mouvements développées au fur et à mesure des années de pratique, qui leur est finalement très personnelle.
 
6. Mini lexique anglais/français de l'esquimautage
balance              équilibre
blade                 pale (de la pagaie)
brace                 appui: en suspension (high brace) ou en poussée (low brace)
bow                   proue (pointe avant)
buyoancy           flottaison
capsize              chavirement, dessalage
deck                  pont: arrière (back deck) ou avant (front deck)
elbow                coude
hip                    hanche
hipsnap, hipflick rotation latérale des hanches
paddle               pagaie
roll                    esquimautage
shaft                 manche (de la pagaie): désigne souvent l'emplacement des mains.
shoulder            épaule
spraydeck          jupe
stern                 poupe (pointe arrière)
sweep                balayage circulaire: d'avant en arrière (forward sweep) ou d'arrière en avant (reverse sweep)
wrist                  poignet
 

7. Références

You are here